Définition de la Danse sur Glace

Les ingrédients obligatoires de la Danse sur Glace :

"Un Soupçon de discipline, beaucoup de technique, une pincée de grâce et de créativité…"

 

La discipline...

La Danse sur Glace cultive singularité et originalité. Elle se pratique seul ou en couple. Toutefois la compétition de niveau international n’est proposée qu’aux couples, tandis qu' aux niveaux national et régional cette discipline est proposé tant aux couples qu'aux solos.


Les danseurs évoluent sur la glace sur des musiques de danses de salon: Valse, Tchatcha, Tango, Rumba, Paso Doble, Fox trot, ...


La Danse sur Glace nécessite nombre de qualités, la vitesse, la souplesse, la technique (précision des carres), la maîtrise des mouvements et des combinaisons associées à l’expression gestuelle et artistique. Elle comprend 3 épreuves en compétition

- les danses imposées

- la Short Dance (danse de création ou original)

- la Free Dance (programme libre)


Les danses imposées :

Elles consistent en l’exécution de schémas de pas imposés sur une musique dont le rythme et le tempo sont définis (même chorégraphie, même musique pour tous les candidats). En dehors de la compétition, les danses imposées correspondent à des niveaux (passages de médailles).

Des qualités de précision dans l’exécution de la danse et des combinaisons, le placement sur la patinoire, la technique de patinage, la continuité de la glisse, le timing, le style et la force d’interprétation sont requis.


La "Short Dance" (pour les couples à partir de la catégorie novice uniquement).

Le thème de la musique et certains éléments sont imposés mais la chorégraphie reste personnelle. 

La "Short Dance"doit refléter le caractère prescrit du (des) Rythme(s) de danse et être transposée sur la glace en démontrant l’adresse technique du couple (Pas, mouvements, glisse, utilisation des carres).

Le(s) Rythme(s), les fourchettes de Tempo et la durée sont décidés chaque année par l’International Skating Union (ISU).

La "Free Dance" ou le programme libre

La catégorie la plus connue du grand public, est une épreuve créative, composée de Pas de danse et de mouvements qui expriment le caractère de la musique choisie. La musique peut être chantée.

La "Free Dance" ou le programme libre doit contenir des combinaisons de Pas de danse et de mouvements, les éléments requis, présentant les idées personnelles des patineurs en matière de conception, d’arrangement et d’expression. La chorégraphie (éléments requis inclus) doit refléter clairement le caractère, les accents et les nuances de la musique choisie, comporter des changements d’allures et des variations de vitesse et de Tempo, et utiliser toute la surface de la glace.


Cette discipline, préserve sa particularité, son originalité, voir une certaine autonomie à l’égard du patinage classique dit artistique. Elle occupe désormais une place de choix dans les compétitions internationales majeures. Elle a connu un phénomène d’engouement exceptionnel à partir des jeux Olympiques en 1976 à Innsbruck (Autriche), date à laquelle le Comité International Olympique lui a ouvert ses portes. Vingt-quatre ans après son entrée officielle aux Championnats du monde 1952, à Paris.


La télévision a collaboré amplement à la réputation de la danse sur glace. Les règlements ont sans cesse évolué et évoluent encore. Les "Short Dance" et les "Free Dance"  sont de plus en plus contrôlée techniquement afin d’arriver à une osmose parfaite du couple. Les nouveaux règlements marient avec brio: vitesse, technicité, élégance ce qui pousse les couples de danses aux frontières de l’œuvre artistique.


Notre discipline est une fusion entre la danse de salon et l'expression artistique que peut nous transmettre un comédien. Pendant la danse de création ou la danse libre, les danseurs doivent être capables de passer du tragique au comique par exemple. Mais ils peuvent également patiner sur des thèmes tel que le folklore, la samba, ...

Les Britanniques Torvill-Dean, les Russes Bestemianova-Bukhin, Klimova-Ponomarenko et Gritschuk-Platov apparaissent parmi les couples qui ont imprégné de leur marque la discipline. Avant la réussite récente au niveau mondial d’Anissina-Peizerat ou de leurs concurrents italiens Barbara Fusar-Poli et Maurizio Margaglio.

La France n'a pas été défaillante du panorama de la danse sur glace avec dans une première période Christiane et Jean-Paul Guhel, puis Isabelle et Paul Duchesnay et Sophie Moniotte-Pascal Lavanchy, finalement Marina Anissina et Gwendal Peizerat, champion du monde de la discipline à Nice en 2000 et vice champion du monde derrières les italiens, Barbara Fusar-Poli/Maurizio Margaglio en mars 2001 à Vancouver. 

Le couple français Anissina/Peizerat a été sacré champion olympique de la discipline à Salt Lake City en février 2002. Depuis, le couple français Isabelle Delobel et Olivier Schoenfelder a bien pris la relève avec une très belle 3ème place Européenne à Moscou en 2004 et une très encourageante 4ème place aux Championnats du Monde qui ont eu lieu à Turin en 2004. Nos récent «  retraités » Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat et .sans oublier, les doubles champions Européen et du Monde "2015 et 2016" Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron.





 
 
 
création de site internet avec : www.quomodo.com